Ressources francophones en littératie structurée


Veuillez noter: IDA Ontario n'endosse ni ne recommande aucun programme, outil ou ressource spécifiques. Nous fournissons cette liste pour vous aider à trouver des options, mais chaque personne doit faire ses propres recherches pour trouver des ressources qui répondent à ses besoins.

 

Ressources pour enseignement

shutterstock_77123365
Cover - Litteratie stucturee et les pratiques typiques en litteratie

Cet article décrit les composantes de la littératie structurée. C'est une excellente traduction de l'article de Dr. Louise Spear-Swerling par Dr. Michèle Minor-Corriveau, professeure agrégée de l'Université Laurentienne.

Modèle simplifié de la lecture

Dr. Michèle Minor-Corriveau, professeure de l'Université Laurentienne, a donné la permission d'afficher sa traduction du modèle. Voici la description à partir de sa présentation pour TA@l'école en mai 2020.

modele simplifie de la lecture

Le modèle simplifié de la lecture apparente la lecture à une équation mathématique. Donc, si je sais que n'importe lequel des facteurs comme soit la reconnaissance des mots, soit la compréhension du langage, si l'un de ces deux-là est zéro, je ne peux pas arriver à la compréhension en lecture.

Donc, la compréhension en lecture devient zéro elle aussi. C'est comme une multiplication. Ce n'est pas une addition. Ce n'est pas... C'est tout ce qui est apparenté à la reconnaissance des mots comme la conscience phonémique, le nom des lettres, les concepts au sujet du vécu, plus mes connaissances antérieures. Le vocabulaire, la métalinguistique et le reste. Ce n'est pas une addition. C'est vraiment une multiplication. Donc, s'il y en a un de ces deux-là qui n'est pas à la hauteur, c'est sûr que je n'arriverai pas à la compréhension en lecture. Sachons que tout cela c'est influencé par notre habileté, notre attention. La mémoire. Nos habiletés cognitives. L'attachement que j'ai à la lecture ou pas. L'engagement. La motivation. Suis-je motivée ou non?

Donc, tout cela, ce sont des choses qu'on doit développer chez l'élève. Il faut toujours essayer d'aller vers son intérêt. Donc, surtout par les temps qui courent, des gens me disent qu'on n'a pas d'école pendant quelques semaines au moins, sinon plus, qu'est-ce que je peux faire avec mon enfant? Est-ce qu'il devrait reprendre la lecture des romans qu'il fait en salle de classe? Ma réponse est toujours d'aller avec ce qui l'intéresse, parce que ça ne sert à personne d'aller contre le grain. Donc, ce qui l'intéresse, c'est des bandes dessinées? Allez-y avec des bandes dessinées. Si ce qui l'intéresse, c'est de faire de la cuisson. Allez-y avec des recettes. Il va travailler la mémoire procédurale. Il va travailler plein de fonctions exécutives qui vont aider au reste. Donc, ce n'est pas nécessaire de continuer à lire le roman qu'il avait commencé, si le roman ne l'intéresse pas. Je sais que je ne suis pas populaire quand je dis ça, mais c'est vraiment la réalité.

Plus on permet à l'élève d'avoir un mot à dire dans ce qu'il a à lire, plus on va l'engager dans la lecture, puis on va arriver à notre compréhension en lecture qui est vraiment le but. C'est ça notre objectif. Je lutte souvent contre les gens qui disent que ça doit être parce qu'il ne peut pas voir bien. Il ne peut pas bien voir qu'il a de la difficulté en lecture. C'est vraiment une infime partie des difficultés en lecture, celles qui sont à la base visuelles ou spatiales. C'est davantage une compétence linguistique qu'un enseignement structuré, qui consiste en l'approche la plus efficace pour arriver à la lecture comme telle. La preuve, vous l'avez devant vous. Donc, le fait d'être capable de lire le message, peu importe la police utilisée, la taille, la forme des lettres. Ça veut dire que déjà, vous avez reconnu ce que ça prend pour former un « p », ce que ça prend pour former un t », indépendamment de la façon qu'on l'écrit.

Modèle de Scarborough

Dr. Michèle Minor-Corriveau, professeure de l'Université Laurentienne, a donné la permission d'afficher sa traduction du modèle. Voici la description à partir de sa présentation pour TA@l'école en mai 2020.

modele de Scarborough

Le modèle de la corde de Scarborough, qui veut que les deux brins principaux de la corde que vous voyez devant vous, il y en a un qui traite de la compréhension du langage. Donc, ce que je connais du monde. Le vocabulaire que j'utilise pour m'exprimer. Le vocabulaire que je connais. Les structures du langage comme la syntaxe, la sémantique. Donc, la grammaire, le sens des mots. Le raisonnement verbal. Est-ce que je suis capable de comprendre quelque chose quand on me le dit. Est-ce que je comprends des farces? Est-ce que je suis capable de lire entre les lignes? Est-ce que je suis capable de comprendre les rapports de comparaison. Toutes les connaissances que j'ai sur l'écrit. Donc, ça sert à quoi l'écrit? Est-ce que ça sert à m'apprendre des choses? Est-ce que ça sert à me divertir? Évidemment, la réponse, c'est les deux. Donc, de savoir ce que ça peut m'apporter.

Les deux brins principaux de la corde décrivent les aspects principaux dans l'apprentissage de la lecture. Le premier traite de la compréhension du langage,  le vocabulaire connu utilisé pour s'exprimer. Les structures du langage comme la syntaxe, la sémantique. Donc, la grammaire, le sens des mots. Le raisonnement verbal. Est-ce que je suis capable de comprendre quelque chose quand on me le dit. Est-ce que je comprends des farces? Est-ce que je suis capable de lire entre les lignes? Est-ce que je suis capable de comprendre les rapports de comparaison. Toutes les connaissances que j'ai sur l'écrit. Donc, ça sert à quoi l'écrit? Est-ce que ça sert à m'apprendre des choses? Est-ce que ça sert à medivertir? Évidemment, la réponse, c'est les deux. Donc, de savoir ce que ça peut m'apporter.

Puis ensuite, il y a toute la composante [phonétique] plus mécanique de l'identification des mots. Donc, la conscience phonologique. Les habiletés en conscience phonologique. Ce que je connais. Est-ce que c'est une syllabe? Est-ce que je suis capable de les identifier? Est-ce que je connais le nom des lettres? Est-ce que je suis capable d'associer des phonèmes à ces lettres-là? Ensuite, on a le décodage. La correspondance lettre-son. Puis la reconnaissance instantanée, qui est ta voie d'adressage. Donc, les mots familiers. Si chacun de ces éléments représentent un brin de la corde, on s'entend que s'il y a un brin de la corde à un des endroits, soit celle du haut et celle du bas qui ne va pas, ça va affecter tout le reste du brin. Ça va, en retour, affecter tout le reste de mes habiletés en lecture. Si je suis bon à toutes ces choses-là, la lecture devient de plus en plus stratégique et de plus en plus automatisée, ce qui est ce qu'on cherche chez le lecteur. On cherche à obtenir une lecture fluide, l'intégration de l'identification des mots et la compréhension. C'est ça le but. Si je n'ai pas compris ce que j'ai lu, malgré le fait d'avoir tout décodé, je ne suis pas vraiment allée au bout de la lecture comme telle.

Outils pour la salle de classe

Interventions individuelles ou en petits groupes

Information sur la dyslexie pour parents, enseignants et enseignantes